17 Mar 2017

Pour ceux qui n'ont pas pu assister à la remise du Prix littéraire André Gide  le 16 mars à la librairie Gallimard dans le 7e arrondissement de Paris, nous publions ici le discours de Robert Kopp, ainsi que les photographies de Jean-Pierre Prévost.

IMG 0065

 

Cher Pascal Quignard,
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis,

Les prix littéraires sont innombrables ; il s’en crée, semble-t-il, presque tous les jours. La dernière édition du Guide Montblanc des prix littéraires en mentionne plus de deux mille. Un chiffre que certains pousseraient volontiers au double, car tout décompte dépend des critères adoptés.

Vous-même, cher Pascal Quignard, tout au long d’une carrière déjà longue et prestigieuse, vous en avez récolté plusieurs. Votre œuvre, ample et diverse, a été couronnée à de maintes reprises, et à juste titre, par des distinctions prestigieuses. Ainsi, pour ne donner que deux exemples parmi d’autres, en 2000, Terrasse à Rome a été distingué par le Grand Prix du roman de l’Académie française, et, en 2002, Les Ombres errantes vous ont valu un Goncourt attendu avec impatience par vos admirateurs.

Aujourd’hui, j’ai l’honneur et le plaisir de vous remettre un des prix littéraires les plus jeunes, le Prix littéraire André Gide. Il a été créé il y a trois ans sur l’initiative de Peter Schnyder, président de la Fondation Catherine Gide. Retenu par une session d’examens à l’université de Mulhouse, Peter Schnyder vous transmet ses plus amicales pensées et vous demande de bien vouloir excuser son absence.

Le Prix littéraire André Gide est soutenu par la Fondation Catherine Gide, qui encourage aussi bien la création littéraire que la création musicale, sans parler de l’aide accordée aux bourses d’études et aux nombreuses publications concernant l’écrivain et son entourage, le but ultime de la Fondation étant de contribuer à la connaissance et au rayonnement de l’œuvre d’André Gide dans toute sa variété.

Quant au Prix littéraire André Gide, il a pour vocation de récompenser une œuvre de langue française – roman, récit, essai – dont les caractéristiques sont : la nouveauté, l’originalité formelle, un rapport exigeant à la langue.

De tous les ouvrages qui ont été examinés par notre jury, votre récent livre, Les Larmes, paru chez Grasset en octobre de l’année dernière, nous a paru le mieux s’accorder à ces critères.

En effet, quel meilleur exemple pourrait-on rêver d’une méditation poétique sur la lingua franca que cette évocation, à travers les destins croisés de Nithard et de Hartnig qui gardent, telles deux statues romanes, le poche d’entrée à l’histoire non pas d’une langue, mais d’une remontée vers une civilisation, évocation où se mêlent les souvenirs du serment de Strasbourg et de la séquence de sainte Eulalie, les deux actes de naissance de notre langue, à ceux des Écritures saintes et de la mythologie classique.

Telle une tapisserie, votre livre déroule sous nos yeux un autre roman des origines, celle d’une langue et partant d’une façon d’être au monde, née dans un univers de larmes et de guerre, dans la neige et la brume, au bord de l’Ill.

C’est donc plein d’admiration et de reconnaissance que je vous remets ce Prix littéraire André Gide 2017 de la part d’un jury qui s’honore en vous honorant.

R. K.

Robert Kopp Pascal Quignard 2

Robert Kopp, président du jury du prix de littérature André Gide, et Pascal Quignard, lauréat 2017.

Madame Ghisoli Maryvonne de Saint Pulgent Robert Kopp

Anne Ghisoli, directrice de la librairie Gallimard, Maryvonne de Saint Pulgent, présidente de la fondation des Treilles, et Robert Kopp.

IMG 0091 001

Pascal Quignard

IMG 0127

© Jean-Pierre Prévost

Le prix de littérature André Gide a été créé en 2014. Après avoir été remis trois années consécutives, il est arreté en 2017.


À venir

Quand?
21 Jan 2020
Quoi ?
Conférence
« Gide et l'affaire Dreyfus »
Où ?
Mairie du Onzième (12, place Léon Blum), Bibliothèque Parmentier



Janvier 2020
D L Ma Me J V S
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31