25 Mar 2016

Journée d’étude organisée à l’Université de Bologne
 par Stéphanie Bertrand et Enrico Guérini
27 octobre 2016

Gide possède une culture latine vaste et plurielle, qui ne saurait se résumer à la connaissance scolaire des grands auteurs de la littérature latine, ni à la pratique, certes patiente et récurrente, de la version et du thème. Ce rapport personnel aux auteurs latins et à la langue latine, cultivé toute sa vie durant (certains poètes comme Virgile l’accompagneront jusqu’à son lit de mort), se manifeste dans son œuvre de plusieurs manières : citations, allusions, reprises de motifs ou de personnages (Ménalque, Tityre, Corydon, etc.) témoignent du statut multiple de la culture latine, entre « principe créateur1 » de l’œuvre et instrument de pensée, à fonction ludique, satirique ou éthique.

Si les modalités et les enjeux de cette intertextualité latine, déjà bien défrichés par Patrick Pollard notamment, pourront être (ré)interrogés (en particulier dans leur écart avec les usages naturalistes et décadents), la journée d’étude se propose de questionner plus précisément deux aspects de la « latinité » gidienne : celle de sa langue et celle de sa pensée.

Menalque


Gide et la langue latine 

Quelles représentations Gide cultive-t-il de la langue latine ?

Dans quelle mesure l’écriture gidienne est-elle redevable, dans sa syntaxe, dans son lexique, dans son rythme aussi, à la langue latine ? Quels latinismes son écriture manifeste-t-elle et pourquoi ?

Gide affectionne les expressions et citations latines : comment comprendre ces manifestations d’« impureté » linguistique ?


Gide et la latinité

Si la « latinité » désigne généralement « le monde latin » et la représentation que s’en construit dès lors l’écrivain à travers ses figures historiques ou mythiques (représentation au cœur des réponses adressées à la revue du même nom, en 1931, lors de l’enquête relative à l’influence de Gide2), il s’agira pourtant de ne pas se limiter à cette dimension symbolique, pour s’intéresser aux enjeux idéologiques.

Au tournant du siècle en effet, la « latinité » renvoie aussi aux « races latines », en tant que « représentation imaginaire d[e] communautés supranationales3 ». Comment l’idée de « latinité » a-t-elle influencé la pensée gidienne de la littérature et de l’homme ? Quel rôle joue la notion de « latinité » chez un écrivain soucieux de définir la/sa littérature par rapport à la notion (problématique) de « race4 » ? 


Bibliographie (provisoire)

Patrick Pollard, « André Gide et le latin », in Marcel Arland et Jean Mouton, Entretiens sur André Gide, Paris, Éditions Mouton & Co, 1967, p. 167-170. 

« Littérature latine », in Pierre Masson et Jean-Michel Wittmann (éds), Dictionnaire Gide, Paris, Classiques Garnier, « Dictionnaires et synthèses », 2011, p. 234-237.

 

Comité scientifique (en cours de constitution)

Jean-Michel Wittmann, Université de Lorraine

 

Les propositions de communication de 300 mots, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont
à envoyer pour le 1er juin 2016 aux deux adresses suivantes : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

--------

1Pierre Masson, « Production – reproduction : l’intertextualité comme principe créateur dans l’œuvre d’André Gide », in Siepe Hans T. et Theis Raimund (éds), Le Plaisir de l’intertexte : formes et fonctions de l’intertextualité, roman populaire, surréalisme, André Gide, nouveau roman, Frankfurt am Main-Berne-New York, Peter Lang, 1986, p. 209-226.
2 Réponses disponibles à l’URL : <http://www.gidiana.net/latin.htm>.
3 Sarah Al-Matary, « Une réponse de Normand : la contribution de Remy de Gourmont à la polémique sur les 'races latines' », Nouvelle imprimerie gourmontienne, no 4, automne 2013, p. 146.
4 À ce sujet, voir Jean-Michel Wittmann, « Gide, du 'génie des races' à la 'culture européenne' », in Martina Della Casa (éd.), André Gide l’Européen, à paraître chez les Classiques Garnier.


À venir

Quand?
21 Jan 2020
Quoi ?
Conférence
« Gide et l'affaire Dreyfus »
Où ?
Mairie du Onzième (12, place Léon Blum), Bibliothèque Parmentier



Janvier 2020
D L Ma Me J V S
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31