17 Sep 2012

Aux Éditions du Murmure, collection « Lecture plurielle », a paru en septembre 2012 un nouvel ouvrage entièrement consacré aux Faux-Monnayeurs : Tant pis pour le lecteur paresseux… trois lectures des Faux-Monnayeurs d’André Gide, par Alain Goulet, Anne-Sophie Angelo et Thomas Verjans, sous la direction de Victor-Arthur Piégay.

Dans l’introduction intitulée « Les Faux-Monnayeurs désabymés », en référence au procédé de mise en abyme utilisé par Gide dans son roman, Victor-Arthur Piégay souligne la complexité inhérente à tous les éléments qui constituent l’œuvre. L’auteur ajoute que les lectures présentées dans le présent opus s’adressent principalement aux professeurs et aux agrégatifs.

Nous découvrons que si Les Faux-Monnayeurs et le Journal des Faux-Monnayeurs sont les ouvrages qui ont le plus animé la critique, c’est aussi parce que ce roman est « en prise directe sur une époque », et qu’il s’apparente à une « illustration, voire une radiographie, d’une époque et d’un moment de la société française ».

Le premier chapitre rédigé par Alain Goulet s’intitule « Les Faux-Monnayeurs : un diagnostic sur leur temps ». Comme le rappelle le professeur Goulet, Les Faux-Monnayeurs sont « pétris et nourris d’éléments autobiographiques ». Certains, évidents, ont déjà fait l’objet d’études, mais d’autres aspects comme celui du milieu bourgeois, avec le Hongrois, Béla Balazs, permettent une lecture plus approfondie du texte. L’auteur revient sur différentes influences qui jalonnent l’ouvrage comme le dadaïsme et les « références implicites aux “ready-made” dad ». Ainsi, dans le roman, ce sont les projets d’Armand : le « Vase nocturne » et « Le Fer à repasser » qui incarnent à merveille ce mouvement artistique. Puis, Goulet s’intéresse à la sphère familiale, soulignant que « de façon générale, toutes les unions matrimoniales présentes dans le roman sont des mascarades ou des catastrophes », et que « chez les Molinier, le tableau familial est assez désastreux, avec le père imbu de lui-même et pitoyable en même temps ». Au fond, réussir nécessite de pouvoir s’extirper de la famille, c’est pourquoi « le seul qui triomphe vraiment […] c’est Bernard, promu par l’auteur porte-étendard des idéaux d’honnêteté et de probité ». Enfin, Goulet précise que selon lui, « concernant les figures de femmes, souvent effacées, Gide s’est surtout borné à laisser s’exprimer son incompréhension naturelle à leur égard, et son préjugé spontané ».

Le deuxième chapitre réalisé par Anne-Sophie Angelo porte sur « les adolescents dans Les Faux-Monnayeurs : un enjeu littéraire, socio-politique et éthique ». La présentation de ce chapitre diffère du précédent, s’apparentant plus à une dissertation scolaire avec mentions faites de son introduction, ses parties numérotées et sa conclusion. Après une énumération des patronymes d’adolescents, Angelo revient sur l’origine de « l’intérêt pour les adolescents » en France dans les années 1890. Dans la première partie intitulée « Des adolescents dans un roman », Angelo évoque l’amitié difficile qui se dessine entre les adolescents, mentionnant alors la « part du diable » à laquelle Gide lui-même fait référence dans le « côté sombre des adolescents ». La deuxième partie, « Des personnages au cœur des champs politique et littéraire », met en lumière l’intérêt de la Troisième République pour la jeunesse à travers notamment sa politique scolaire. Ainsi, le roman relèverait plus de la « relecture d’un moment de l’histoire et d’une société », où « la peinture que Gide fait des parents et des responsables de la pension Vedel permet d’aborder la question de l’éducation et du degré de liberté qu’il convient de consentir aux jeunes gens ». On peut regretter que le cas de la femme soit trop rapidement éludé, l’auteur décrétant que « la mère […] n’est pas une figure déterminante ». Enfin, en traitant de « l’embrigadement » des adolescents, Angelo souligne que « la première condition […] c’est de renoncer à son nom de manière à n’être plus qu’une force anonyme », ce thème rappelant bien évidemment Les Caves du Vatican. Dans la troisième et dernière partie, « Du bon usage de l’adolescence », Angelo revient sur un fait divers, le suicide du jeune Armand Nény en 1909, et qui a directement inspiré Gide. Au terme de cet exposé assez fouillé et intéressant, l’auteur voit dans les cas d’adolescents le fait que « Gide pratique l’anachronisme en mêlant l’avant et l’après-guerre ».

Le troisième et dernier chapitre, « Où est “je” ? Remarques sur le discours rapporté dans Les Faux-Monnayeurs », écrit par Thomas Verjans, porte sur la forme et la stylistique du roman. Si Verjans remarque dès le début le style « plat » de Gide, il n’en reste pas moins que ce style est unique. En première partie, l’auteur dispense quelques remarques générales sur le discours rapporté dans lequel « on distingue usuellement trois formes de DR : le discours direct (DD), le discours indirect (DI) et le discours indirect libre (DIL), formes auxquelles on associe parfois le discours direct libre (DDL) ». Dans la deuxième partie, Verjans s’intéresse exclusivement aux « formes “marquées” : DD et DI », évoquant un des liens possibles entre les deux formes puisque le « DI peut encore servir d’introducteur à un DD, les deux se succédant alors dans la restitution d’un dialogue ». Mais à côté de ces formes marquées, coexistent « les formes“libres” : DIL et DDL ». Il s’agit de modes non-marqués, même s’il y a des « indices » annonçant ce discours, ainsi que le « DIL peut intervenir de façon vraisemblablement progressive ». En conclusion, ce que Verjans nous invite à retenir, c’est que « l’usage des formes du discours rapporté dans Les Faux-Monnayeurs témoigne bien de cette intrication des différentes voix qui s’y expriment et plus encore, de la rupture avec les formes les plus traditionnelles ordinairement représentées dans le genre romanesque ».

Justine Legrand



À venir

Quand?
17 Déc 2019
Quoi ?
Conférence
« Madame Proust »
Où ?
Mairie du Onzième (12, place Léon Blum), Bibliothèque Parmentier



Décembre 2019
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31