05 Aoû 2013

Du Journal d’André Gide, ce que certains retiennent parfois, outre la richesse des informations qui y sont distillées, c’est son abondance. Pour les curieux donc, mais aussi pour les initiés qui souhaitent parcourir ce que nous pourrions qualifier de moments forts du journal André Gide, une anthologie de ce travail du quotidien vient de paraître aux éditions folio.

Comme le souligne Peter Schnyder à qui nous devons ce travail inédit (réalisé en collaboration avec Juliette Solvès) : cette anthologie n’a pas pour vocation de tronquer le texte mais aspire avant tout à en révéler l’essence, l’ampleur et donc l’amplitude.
Le journal étant un texte autonome, il était possible de réaliser ce que nous pourrions qualifier de condensé littéraire. Un condensé qui n’occulte cependant pas les caractéristiques de Gide, l’homme de lettres et l’homme privé.
Nous remarquons toutefois que le choix de l’article indéfini du titre Une anthologie met l’accent sur le caractère spécifique de ce travail ainsi que sur la conscience de la prise de risque que représente cet ouvrage : il s’agit on en conviendra d’une « entreprise risquée, certes, mais que Gide n’eût pas désapprouvée ».
Une entreprise nécessaire, pourrions-nous même ajouter au regard à la longueur du journal originel d’André Gide, deux tomes de la Pléiade, mais aussi car à travers cette anthologie, le lecteur peut véritablement mesurer les deux facettes du journal, ce que Peter Schnyder qualifie de tension entre le texte « éphémère » et le texte « pérenne ». L’art de la transgression propre à Gide se fait ici plus évident, tout comme les limites que représente cet exercice qu’est le récit du quotidien, cette écriture du jour, comme l’appelle Éric Marty.

Justine Legrand

Aucun événement
Juin 2021
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30