29 Mai 2017

BernevalL'été arrive, que dirait-on d'un petit tour en Normandie ? Pas encore les vacances ? Alors choisissons un livre pour y plonger un peu en avance. Jean-Pierre Prévost nous propose un tour de Normandie aux côtés d'André Gide. Ouvrons une page au hasard, mettons le cap sur une destination inconnue : "Berneval sur Mer". Nous voilà au printemps 1897, projetés tout pile (ou presque) 120 ans en arrière, le 19 juin:

"BERNEVAL SUR MER
C'est le 19 juin 1897 que Gide rend visite à Oscar Wilde à Berneval sur mer, petite station balnéaire située à une douzaine de kilomètres de Dieppe.
En mai, Wilde a été libéré des terribles geôles anglaises où il croupissait depuis deux ans, à la suite de sa condamnation pour homosexualité. [...] Il est rentré discrètement en France par bateau jusqu'à Dieppe, où vit son compatriote le peintre Walter Sickert, au sein d'une petite communauté d'artistes anglais. [...] 
Gide va passer deux jours auprès de lui, un séjour éprouvant qu'il qualifiera même de déprimant tellement le bel Oscar est méconnaissable."

Gide rapporte dans ses Prétextes :

"[Wilde] grelotte et tout l'hôtel s'agite pour lui faire chauffer un grog. À peine s'il m'a dit bonjour. Devant les autres tout au moins, il ne veut pas paraître ému. Et mon émotion presque aussitôt retombe, à trouver Sébastien Melmoth si simplement pareil à l'Oscar Wilde qu'il était ; non plus le lyrique forcené d'Algérie, mais le doux Wilde d'avant la crise ; et je me trouvais reporté non pas de deux ans, mais de quatre ou cinq ans en arrière ; même regard rompu, même rire amusé, même voix..."

L'idée de parcourir la Normandie avec Gide, croisant la route des personnages ayant animé l'écriture gidienne, a donné naissance à un livre vivant, qui retrace l'histoire d'un écrivain à travers "ses" lieux, et permet d'éclairer des liens, de les créer aussi, entre les images d'archives, les articles de journaux reproduits, les documents qui suivent Gide sur près d'un siècle, du Prix du lycée d'Alençon en 1897 à l'exposition André Gide à Rouen en 1970. Le livre de Jean-Pierre Prévost est une invitation à découvrir à la fois un écrivain, un lieu, une époque, et ses proches. Pierre Masson préface l'ouvrage, en notant combien la Normandie s'avère importante dans l'itinéraire de l'écrivain, "terrain idéal [...] d'enracinement et d'évasion, telle qu'il la représente à plusieurs reprises par l'image du cerf-volant attaché à sa corde", tout en trouvant cette belle formule pour parler de "la Normandie où son passé continuait de vivre"...

Tout ça peut donner envie :

1) d'aller au festival du cerf-volant de Dieppe en 2018

XavierRetout1

©Xavier Retout, Festival international de cerf-volant de Dieppe

2) de manger des crêpes face aux falaises, en pensant aux échanges entre Gide et Copeau, à La Porte étroite, à, comme l'écrit J.-P. Prévost, "la ronde des amitiés".

3)  de découvrir la trilogie préparée par l'auteur : que nous apprendra Gide de la Méditérannée et de Paris, après ce premier volet normand ?

Pour en savoir plus et lire un extrait de cet ouvrage amplement illustré (et en couleurs), voir sa présentation sur le site de l'éditeur, Orizons. 


Jean Pierre Prévost, Gide et la Normandie
Préface de Pierre Masson
Paris, Orizons, 2017

DSC05960

DSC05946

DSC05950

DSC05959

DSC05958

DSC05957



À venir

Quand?
12 Nov 2020
Quoi ?
Où ?
Maison de la littérature de Québec



Août 2020
D L Ma Me J V S
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31