02 Jan 2020

En cette fin d'année jubilaire célébrant les cent cinquante ans de la naissance d'André Gide, le Groupe de recherche « Gide Remix » propose, dans sa programmation, une exposition itinérante soutenue par la Fondation Catherine Gide, « André Gide et l'Afrique Équatoriale française », du 2 au 19 décembre 2019, au Campus Fonderie de l'Université de Haute-Alsace (Mulhouse).

Le vernissage de cette exposition a eu lieu le jeudi 5 décembre. Malgré la grève, le public a été nombreux au rendez-vous de cette soirée organisée en trois parties. 

Dans un premier temps, Nikol Dziub – de l'Université de Haute-Alsace – s'est entretenue avec Charlotte Butty – chargée de mission à la Fondation Catherine Gide et commissaire de l'exposition – au sujet du concept de cette exposition qui explore le rapport de Gide au colonialisme. Construite sur une étude de cas, celle du voyage de l'écrivain en Afrique Équatoriale française en 1925-1926, cette exposition invite, par le biais du récit de Gide, à questionner notre rapport à l'altérité. Il s’agit de suivre l’écrivain dans son périple et de l’accompagner dans ses réflexions, afin d’interroger la mentalité coloniale française de l’époque. Ses réflexions autour des populations qu'il rencontre, mais aussi autour de la faune et de la flore africaines, représentent à la fois le miroir d'une époque et une rupture de paradigme. C'est grâce à son sens critique et à sa grande honnêteté que Gide parvient, à certains moments, à dépasser les théories évolutionnistes et racistes alors dominantes, pour laisser place à l'émerveillement. Et c’est dans ce dépassement que réside toute la modernité intemporelle de la pensée gidienne. 

CB 3

Dans un deuxième temps, la version longue du support audiovisuel réalisé dans le cadre de cette exposition a été projetée. Ce support a été conçu dans le but d'apporter un regard non-occidental à l'exposition. Comme Charlotte Butty l'explique, la colonisation, c'était alors parler des peuples colonisés sans leur donner de voix. Pour elle, il était donc primordial d'intégrer une perspective africaine à cette exposition. Pour ce faire, une interview de Mutombo Kanyana, directeur de l'Université Populaire Africaine en Suisse, a été réalisée. Originaire de l'ancien Congo belge, celui-ci réagit à des citations extraites de Voyage au Congo et du Retour du Tchad. Ici encore, le bon sens, la démarche de déconstruction de Gide sont salués, même si certains paradoxes, certaines de ses maladresses sont soulignés. 

La soirée s'est terminée par une découverte de l'exposition et un apéritif. En compagnie de Charlotte Butty, de Mutombo Kanyana et de l'équipe ayant contribué à la réalisation de cette exposition, le public a pu littéralement entrer dans les livres étudiés, grâce à une scénographie innovante, pensée par Clémence Serez. À l'intérieur, des photographies prises par Marc Allégret (compagnon de voyage de Gide), ainsi que des illustrations du jeune et talentueux artiste suisse Arnaud Dousse, sont à découvrir. 

Cette soirée riche en échanges et en débats laisse présager un avenir prometteur pour cette exposition qui voyagera dans les bibliothèques de Suisse romande en 2020. 

CB 7

Charlotte Butty et Nikol Dziub

CB 2

CB 5



À venir

Quand?
12 Nov 2020
Quoi ?
Où ?
Maison de la littérature de Québec



Septembre 2020
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30